N°11 - Octobre 2006

N° 137 - Avril 2017

N° 136 - Mars 2017

N° 135 - Février 2017

N° 134 - Janvier 2017

Inscription Newsletter

Par : Ron Paul
Publié le : 14/04/17

« Une victoire des néo-conservateurs » - c'est ainsi que Ron Paul, ancien député de la Chambre des représentants des États-Unis et trois fois candidat à la présidence, a décrit la frappe des États-Unis sur la Syrie, ajoutant qu'il ne s'attend pas à ce que les pourparlers de paix reprennent de sitôt.

Ron Paul

 En parlant à RT, Ron Paul a déclaré qu'il n'y avait aucune preuve de la culpabilité de Damas qui puisse déclencher une réponse si imprudente et insolente des États-Unis.

« Je ne pense pas que la preuve existe, du moins elle n'a pas été présentée, et ils ont besoin d'une soi-disant excuse, ils ont beaucoup travaillé, notre gouvernement et leur coalition. »

Ce n'est pas la première fois que quelque chose comme cela est arrivé en Syrie ou ailleurs, a déclaré Ron Paul, mais il est maintenant commode d'y prêter attention et d'y réagir immédiatement.

« S'il y avait quoi que ce soit de vrai, je ne sais pas pourquoi ils ne pouvaient pas attendre et examiner la situation. En 2013, il y avait des histoires semblables qui n'ont débouché nulle part, car avec un peu de temporisation, il y a eu une résistance du Congrès et de la part du peuple américain. Ils pensaient que c'était une fraude et rien de tel ne se passait, et maintenant, je ne peux pas imaginer que ce qu'ils prétendent soit concevable, car cela aide ISIS, car cela aide Al-Qaeda.

De mon point de vue, il n'y avait pas besoin de se précipiter. Il n'y avait aucune menace pour la sécurité nationale. Ils doivent donner une raison pour faire ces choses », a ajouté Ron Paul.

Un facteur qui a contribué à la réaction rapide était évidemment le président américain, a déclaré le politicien à RT.

« Je n'ai aucune idée de son but. Peut-être qu'il ne voulait pas écouter le débat, car la dernière fois qu'ils ont débattu, ils l'ont perdu. Et cette fois, il fallait qu'ils sautent sur l'occasion, avant que les gens ne sachent ce qui se passait réellement.

La situation syrienne est maintenant « une victoire pour les néo-conservateurs, qui ont cherché à ce que d'Assad s'en aille » a déclaré Ron Paul.

« Ils veulent se débarrasser de lui, et vous devez chercher qui est impliqué dans cela. Malheureusement, ce sont eux qui gagnent actuellement, et les radicaux aussi ! Il y a un peu d'hypocrisie ici, car à un instant, nous disons, hé bien, peut-être qu'Assad doit rester, et le lendemain il doit partir, et nous sommes là pour lutter contre ISIS et Al-Qaeda. Dans le même temps, ce que nous finissons par faire, c'est que nous les renforçons ! C'est le souk.

Je ne crois pas que notre peuple ou le gouvernement américain soit les policiers du monde, cela n'a aucun sens, cela nous cause plus d'ennuis et plus de chagrin, cela nous cause plus de problèmes financiers, et ce n'est pas par ce moyen que nous pourrions défendre notre liberté constitutionnelle. »

Cette politique ne mène manifestement pas à la paix, a déclaré Ron Paul à RT.

« Les pourparlers de paix sont terminés maintenant. Ils étaient terrifiés que la paix puisse survenir ! Al-Qaïda était en fuite, des pourparlers de paix s'étaient tenus, et tout d'un coup, ils devaient changer d'attitude, et cela change les choses radicalement ! Je ne m'attends pas à ce que la paix se fasse dans un avenir proche ou lointain. »

Enfin, le politicien a parlé des raisons profondes - et des conséquences potentiellement désastreuses - du timing de la dernière attaque.

« Je m'interrogeais au sujet du fait que l'annonce était venue lorsque Trump parlait à Xi [Jinping, le président chinois]. Et bien sûr, la Corée [du Nord] est sur la liste des objectifs prioritaires pour notre président et notre administration. Ce pourrait être un avertissement : c'est ce qui vous arrivera si vous ne faites pas ce que nous vous disons. Je n'aime pas que nous soyons impliqués dans tant de pays, dans leurs affaires intérieures ; je pense que c'est tellement préjudiciable. »

Traduction Sott 

*Source : Sott.net

Version originale : RT (USA) - 8/4/17

Ron Paul, ancien membre de la Chambre des représentants

Revue de presse : Sott.net *