N°11 - Octobre 2006

N° 136 - Mars 2017

N° 135 - Février 2017

N° 134 - Janvier 2017

N° 133 - Décembre 2016

Inscription Newsletter

Par : Khider Cherif
Publié le : 7/03/17

MarocLeaks, le site des révélations de Chris Coleman, a publié vendredi 3 mars un document authentifié du ministère marocain des Affaires étrangères et de la Coopération internationale qui confirme une fois de plus que le Makhzen n’a aucun scrupule lorsqu’il s’agit de se remplir les poches.

comment le makhzen derobe

 Le célèbre hacker révèle que des fonctionnaires ont détourné sans vergogne des fonds de donateurs étrangers destinés aux couches marocaines les plus défavorisées. Cette fois, l’odieux et scandaleux détournement qui remontre à 2012 s’est fait au détriment d’un programme de soutien s’inscrivant dans le cadre d’un partenariat Maroc-UE. Le préjudice financier se chiffre à plusieurs millions d’euros. Et ce n’est que la face émergée de l’iceberg. Le site MarocLeaks désigne comme principal responsable de ce détournement le directeur de l’Unité d’appui au programme d’appui au plan d’action Maroc-UE, un cadre ayant des liens familiaux avec Aziz Akhannouch qui est passé ministre de l’Agriculture et de la Pêche maritime. C’est d’ailleurs après une intervention d’Aziz Akhanouch, indique le hacker marocain, que cette personne indélicate a été recrutée.

 Outré par de telles pratiques, Bruxelles a décidé de ne pas rester les bras croisés. Il a sur le champ sollicité la délégation de l’Union européenne à Rabat de demander des comptes au gouvernement marocain. Une délégation de l’UE, composée de Mario Mariani, premier conseiller chef des opérations, et Paolo Zingali, premier secrétaire chef de la section finances et contrats, s’était d’ailleurs rendue le 4 juillet 2012 à Rabat pour faire part aux responsables du Makhzen des irrégularités relevées dans la gestion des fonds de l’Unité d’appui au programme.

 D’après MarocLeaks, les responsables européens «ont également informé les responsables du Makhzen que l’Office européen de lutte antifraude (Olaf) ainsi que l’Inspection générale des finances (IGF) allaient être saisis». Il n’était pas question pour Bruxelles que le responsable véreux continue à gérer les fonds communautaires.

Gênés, les responsables du Makhzen ont demandé platement aux responsables européens la «discrétion» dans le traitement de cette affaire scabreuse afin d’éviter son ébruitement médiatique. La partie marocaine avait, par ailleurs, insisté, mais en vain, pour que le responsable marocain pris la main dans le sac ne soit pas limogé au motif que son contrat était sur le point d’expirer.

 Comment le makhzen

Cette affaire met au jour la manière avec laquelle est dépensé l’argent des contribuables européens initialement destiné à améliorer le niveau de vie des Marocains vivant dans la précarité. Selon Maroc Leaks, Bruxelles injecte chaque année des sommes importantes dans l’économie marocaine. Des rapports prouvent qu’une grande partie de cet argent est cependant détourné pour finir dans des banques telles que HSBC de Genève où Mohammed VI possède un compte dont le montant avoisine les 1,5 milliard d’euros.

 

Khider Cherif

 

Algérie patriotique

 

 Les bidonvilles au Maroc côtoient les Palaces…