N°11 - Octobre 2006

N° 108 - Novembre 2014

N° 107 - Octobre 2014

N°106 - Septembre 2014

N° 104 - Juillet-août 2014

Inscription Newsletter

Par : Nafeez Mosaddeq Ahmed
Publié le : 3/07/12

Comment en finir avec la « Guerre contre la Terreur » déclenchée par les USA en 2001 si l’on ne comprend pas comment le terrorisme islamique est né, quels intérêts il sert, et par qui il est utilisé encore aujourd’hui ? À travers une analyse historique passant par l’Afghanistan, les Balkans, l’Algérie, ou encore la Palestine et Israël, le spécialiste en terrorisme international Nafeez Mosaddeq Ahmed, nous aide à démêler cet écheveau apparemment incompréhensible des réseaux terroristes que l’on appelle la nébuleuse « Al-Qaïda ». Enquête.

Qui est Al-Qaïda ?
Al-Qaïda en arabe « la base » est un mouvement islamiste fondé par le cheik Abdullah Yusuf Azzam et son élève Oussama ben Laden en 1987. D'inspiration sunnite fondamentaliste, il prend ses racines dans l'idéologie de Sayyid Qutb et celle de l'activiste kharidjite Abdel Salam Faraj, et considère que les gouvernements « croisés » (occidentaux), avec à leur tête celui des États-Unis, interfèrent dans les affaires intérieures des nations islamiques et ce dans l'intérêt unique des sociétés occidentales. Il recourt au terrorisme pour faire entendre ses revendications. Al-Qaïda a émergé de l'organisation Maktab al-Khadamāt, constituée pendant la première guerre d'Afghanistan par Azzam pour alimenter la résistance afghane contre les forces armées d'URSS. Maktab al-Khadamāt servait à relayer de multiples dons en provenance de pays islamiques, mais aussi du gouvernement américain qui, dans le contexte de la guerre froide, contribua à la formation de moudjahiddins pour contrer l'expansionnisme soviétique (« programme afghan » de la CIA).

Le djihad de la CIA
Les militants fondamentalistes islamiques sont les ennemis d’Israël et des gouvernements occidentaux, n’est-ce pas ? Eh bien, voyez par vous-mêmes. Il fut un temps où la CIA entraînait, finançait et soutenait Oussama ben Laden et ses réseaux de moudjahidines en Afghanistan pour repousser l’invasion soviétique. Après la fin de la Guerre froide, ben Laden se retourna contre l’Occident et on n’eut plus jamais recours à ses services. Ses attaques insistantes contre nous pendant plus d’une décade, culminant avec le 11-Septembre, nous conduisirent à répliquer, en menant la « Guerre contre la Terreur ». Voilà pour l’histoire officielle. Mais cette histoire est fausse. Non seulement les services de renseignement occidentaux continuèrent de renforcer les réseaux islamistes extrémistes et les groupes terroristes liés à Al-Qaïda après la Guerre froide, mais ils poursuivirent [cette politique] même après le 11-Septembre. L’histoire commence à l’été 1979, six mois avant l’invasion soviétique, alors que la CIA avait déjà commencé de financer les éléments d’une force de moudjahidines islamistes qui émergeait en Afghanistan. L’idée, d’après l’ancien conseiller à la Sécurité nationale, Zbigniew Brzezinski, et l’ancien Directeur de la CIA, Robert Gates, était d’accroître la probabilité d’une invasion soviétique, et de piéger « les Soviets dans un bourbier vietnamien. » Oussama ben Laden arriva en Afghanistan plus tard dans l’année, envoyé par le chef des services secrets saoudiens, le Prince Turki al-Faisal, et il y installa le Maktab al-Khidamat (MAK) qui permit de financer, recruter et entraîner les moudjahidines.
Ben Laden, le MAK, et les moudjahidines afghans reçurent de la CIA environ un demi-milliard de dollars par an au total, et à peu près autant des Saoudiens, le tout étant acheminé par l’ISI (Inter-Services Intelligence), le service de renseignement pakistanais. Vers 1988, comme l’indiquait le Jane’s Defence Weekly, « Avec l’aval des États-Unis, ben Laden créa Al-Qaïda (la Base) : un conglomérat de cellules islamistes terroristes quasi indépendantes les unes des autres, reparties à travers au moins 26 pays ».

L’islamisme et la doctrine de déstabilisation de la CIA
Après la chute de l’Union soviétique, et en particulier en 1991 quand les Saoudiens acceptent de voir stationner 300 000 soldats états-uniens au moment de l’invasion du Koweït par l’Irak, Oussama ben Laden se retourne soi-disant contre ses anciens maîtres à Riyad et Washington. Depuis lors, ben Laden et son réseau terroriste Al-Qaïda deviennent nos ennemis, ciblant les citoyens et les intérêts occidentaux pendant toutes les années 1990, et perpétrant l’attaque la plus dévastatrice de toutes, avec les atrocités du 11-Septembre aux États-Unis. Malheureusement, c’est là que l’histoire officielle commence à flancher. Car après 1991, les islamistes affiliés à Al-Qaida ont continué de bénéficier d’un soutien sélectif des agences de renseignement occidentales. Cette politique fut révélée par Graham Fuller, directeur adjoint du Conseil national du renseignement (National Council on Intelligence) de la CIA, quand il expliqua : « La politique consistant à guider l’évolution de l’Islam et à aider les musulmans contre nos adversaires a parfaitement fonctionné en Afghanistan contre l’Armée rouge. On peut encore recourir aux mêmes procédés pour déstabiliser ce qui reste du pouvoir de la Russie, et en particulier pour contrer l’influence chinoise en Asie centrale.

L’Afghanistan, le Big Oil et les talibans
Au cours des années 1990, le soutien ciblé des services secrets états-uniens aux réseaux islamistes extrémistes avait non seulement pour but de déstabiliser le potentiel de la Russie et l’influence de la Chine, mais aussi celui de sécuriser le contrôle par l’Occident, et en premier lieu par Washington, des réserves stratégiques en énergie. Quand Ben Laden se transféra du Soudan en Afghanistan en juin 1996, le Département d’État américain prévint que ce changement « pourrait s’avérer plus dangereux pour les intérêts des États-Unis, » car cela offrait à Ben Laden « la possibilité de soutenir des individus et des groupes qui ont l’envie et les moyens nécessaires d’attaquer les intérêts américains presque partout sur le globe. Le Pakistan lui offrit sa protection à condition qu’il aligne ses combattants moudjahidines sur les talibans. La nouvelle alliance Al-Qaïda / talibans aurait été approuvée par les Saoudiens. Pourtant, comme le très respecté correspondant pakistanais Ahmed Rashid le rapporta, les renseignements états-uniens soutenaient les talibans comme moyen d’influence régionale au moins entre 1994 et 1998. Cette politique fut poursuivie jusqu’en 2000, en dépit de la multiplication des avertissements. Ainsi, lorsque les talibans prirent Kaboul en 1996, un porte-parole du Département d’État ne trouva « rien à redire » à l’événement.

Mega Oil et les moudjahidines des Balkans au Caucase
Malheureusement, on sait aujourd’hui que l’aventure entre les États-Unis et la connexion Al-Qaïda / talibans en Afghanistan dans les années 1990 n’était qu’un épisode d’une politique géostratégique plus large visant à sécuriser le transport des ressources énergétiques primordiales à travers l’Eurasie, en soutenant les réseaux islamistes affiliés à Ben Laden. En 1991, la première administration Bush voulut un pipeline pour le pétrole, qui traverserait le Caucase, de l’Azerbaïdjan à la Turquie. Cette année-là, trois officiers de l’US Air Force, Richard Secord (un ancien Secrétaire adjoint à la Défense pour les Affaires de sécurité internationale), Heinie Aderholt et Ed Dearborn, atterrirent à Bakou et y montèrent une nouvelle compagnie, Mega Oil. Ils étaient tous trois vétérans de précédentes opérations secrètes de la CIA au Laos et plus tard avec le Lieutenant-colonel Oliver North dans le scandale de l’Iran-Contra. En Azerbaïdjan, ils établirent une ligne aérienne pour acheminer des centaines de moudjahidines d’Al-Qaïda de l’Afghanistan jusqu’en Azerbaïdjan, transformant Bakou en une base opérationnelle régionale pour le djihad. Les opérations secrètes contribuèrent au putsch qui renversa le président élu Abulfaz Elchibye cette même année, au profit d’une marionnette des États-Unis, Hiedar Aliyev. Un rapport secret des renseignements turcs révélé dans le Sunday Times confirma que « deux géants du pétrole, BP et Amoco, respectivement britannique et états-unien, qui constituent tous les deux l’AIOC (Consortium international pour le pétrole de l’Azerbaïdjan) sont derrière le coup d’État. De 1992 à 1995, le Pentagone achemina des milliers de moudjahidines d’Al-Qaida depuis l’Asie centrale jusqu’en Europe, pour qu’ils combattent aux côtés des Bosniaques musulmans contre les Serbes. Les moudjahidines étaient « accompagnés des forces spéciales états-uniennes équipées de matériel de communication de pointe, » d’après des sources du renseignement. Les mercenaires de ben Laden furent employés comme soldats de choc par le Pentagone pour « coordonner et soutenir les offensives des musulmans de Bosnie. Le schéma sera reproduit au Kosovo, où la violence ethnique éclata entre Albanais et Serbes. En 1998, l’Armée de libération du Kosovo (KLA) était fichée par le Département d’État comme une organisation terroriste financée par ben Laden et par le trafic d’héroïne. Ben Laden avait envoyé un de ses proches lieutenants, Muhammed al-Zawahiri (frère de Ayman al-Zawahiri, bras droit du leader), pour diriger une unité d’élite de la KLA pendant le conflit du Kosovo. Il avait un contact radio direct avec le commandement de l’Otan. En effet, le SAS [Special Air Service, une unité spéciale de l'armée britannique - NdT] et les instructeurs de l’American Delta Force [une unité contre-terroriste de l'armée des États-Unis - NdT] entraînaient les combattants de la KLA depuis 1996. La CIA fournit une assistance militaire jusqu’à et pendant les bombardements de 1999 ; cela incluait des manuels d’entraînement au combat, et des conseils de terrain, sous couvert de l’OSCE (Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe) qui surveillait le cessez-le-feu. À partir du milieu des années 1990, Ben Laden fournissait plusieurs millions de dollars par mois aux leaders de la guérilla tchétchène, Shamil Basayev et Omar ibn Al-Khattab, mettant ainsi sur la touche la majorité tchétchène modérée. Les services secrets américains restèrent très impliqués jusqu’à la fin de la décennie. D’après Yossef Bodansky, à l’époque directeur de la Task Force sur le terrorisme et les guerres non-conventionnelles au Congrès des États-Unis, Washington était impliqué dans « un autre djihad anti-russe… et cherchait à soutenir et à renforcer les forces islamistes anti-occidentales les plus virulentes. » Les officiels du gouvernement américain participèrent « à une rencontre formelle en Azerbaïdjan » en décembre 1999 « au cours de laquelle furent discutés et acceptés des programmes spécifiques d’entraînement et d’équipement des moudjahidines du Caucase, d’Asie centrale et du sud, et du monde arabe, » qui se soldèrent par « l’encouragement tacite de Washington aux alliés musulmans.

L’extrémisme islamiste et la connexion israélienne
Curieusement, Israël joua un rôle clé dans certaines de ces politiques, à commencer par l’implication du membre du Congrès, Charlie Wilson, qui profita de sa position au Comité parlementaire restreint sur le renseignement (House Select Committee on Intelligence), acquise grâce au soutien du sénateur Dick Cheney, pour drainer une aide de plusieurs milliards de dollars à la fois pour Israël et pour les moudjahidines afghans. Gust Avracotos, le responsable de la CIA à Islamabad remarqua que Wilson impliqua « les Israéliens dans le djihad musulman de la CIA, » créant l’opportunité pour le Mossad de pénétrer l’ISI et Al-Qaïda, et pour Israël de signer des contrats d’armements et d’établir des liens avec le Renseignement pakistanais. Plus localement, Israël joua un jeu similaire dans sa relation ambiguë avec le Hamas. Le gouvernement des États-Unis et plusieurs sources du renseignement confirment qu’Israël a fourni une aide directe et indirecte au Hamas à la fin des années 1970, pour contrebalancer l’Organisation de libération de la Palestine (OLP). D’après les experts israéliens en affaires militaires, Ze’ev Schiff et Ehud Ya’ari, lors de la première intifada, le Fatah « suspectait les Israéliens d’un complot visant à la fois à laisser le Hamas reconstituer ses forces, et à le lâcher contre l’OLP, transformant ainsi le soulèvement en guerre civile… beaucoup d’officiers israéliens étaient convaincus que la montée du fondamentalisme à Gaza pourrait être exploitée pour affaiblir le pouvoir de l’OLP. » Le soutien d’Israël au Hamas aurait même continué après les accords d’Oslo en 1993, pendant la période des pires attentats suicides. Yasser Arafat lui-même, le dernier président de l’Autorité palestinienne, déclara en 2001 que le Hamas « continuait de bénéficier de permis et d’autorisations, tandis qu’on nous imposait des limites, y compris pour construire une usine de transformation de tomates… Des collaborateurs d’Israël sont impliqués dans ces attaques [terroristes]. En effet, certaines informations montrent que l’assassinat par Israël du leader du Hamas, Abou Hanoud en novembre 2001 visait à provoquer davantage d’attentats à la bombe. Trois mois plus tôt, le Israeli Insider mentionna le plan d’Ariel Sharon pour une attaque massive contre l’Autorité palestinienne qui la détruirait définitivement, en indiquant que ce plan « serait lancé immédiatement après le prochain attentat suicide très meurtrier, » qui fut provoqué plus tard par l’assassinat extrajudiciaire d’Hanoud par Israël. Un analyste militaire israélien, Alex Fishman, remarquait que « quiconque donnait son feu vert à cette liquidation savait bien qu’il romprait d’un coup l’accord amiable entre le Hamas et l’Autorité palestinienne. Selon cet accord, le Hamas devait éviter toute attaque suicide dans l’immédiat à l’intérieur de la Ligne verte (la frontière d’avant 1967), s’étant rendu compte qu’il valait mieux ne pas défier Israël sous son nez par des attaques massives dans les zones peuplées. Cette prise de conscience s’est néanmoins retrouvée réduite à néant avant-hier, et la personne, quelle qu’elle fut, qui a décidé de liquider Abou, savait à l’avance quel en serait le prix. Le sujet avait été longuement débattu par les militaires et par les responsables politiques, avant que la liquidation ne soit décidée. »

Des millions de dollars à des groupes extrémistes affiliés à Al-Qaïda
Le terrorisme islamiste ne peut être compris que dans la mesure où l’on se rend compte que ses réseaux sont utilisés par les services de renseignement militaires occidentaux, à la fois pour contrôler des ressources énergétiques stratégiques et pour contrer des rivaux géopolitiques. Aujourd’hui encore, presque une décennie après le 11-Septembre, le soutien secret aux réseaux d’Al-Qaïda continue. Dans de récents articles pour le New Yorker, le journaliste d’investigation Seymour Hersh cite des officiels du gouvernement et des renseignements des États-Unis confirmant que la CIA et le Pentagone ont transféré par l’Arabie Saoudite plusieurs millions de dollars à des groupes sunnites extrémistes affiliés à Al-Qaïda, à travers le Moyen-Orient et l’Asie centrale. La politique, qui a débuté en 2003, d’après Hersh, concernait des régions comme l’Irak et le Liban, pour alimenter le conflit religieux entre chiites et sunnites. Le programme fait partie d’un projet visant à contrer l’influence chiite de l’Iran dans la région. Début 2008, un Rapport présidentiel du Congrès corrobora les dires de Hersh, affirmant que la CIA avait alloué 400 millions de dollars à divers groupes anti-chiites extrémistes et terroristes. Ce qu’aucun membre démocrate du Parlement ne contesta. À présent, le Président Obama a maintenu à son poste le Secrétaire à la Défense de Bush, Robert Gates. Pourtant, Gates était l’architecte de la stratégie secrète contre l’Iran. Jusqu’à aujourd’hui, Obama n’a jamais laissé entendre que cette stratégie changerait. L’histoire résumée ici jette une ombre sur la façon dont on comprend dans son ensemble la « Guerre contre la Terreur ». Comment peut-on faire la guerre à un ennemi que nos propres gouvernements financent en secret pour des intérêts politiques à court terme ?

Source
http://www.reflexiondz.net/Al-Qaida-ou-l-enfant-abandonne-de-la-CIA_a18243.html