N°11 - Octobre 2006

N° 135 - Février 2017

N° 134 - Janvier 2017

N° 133 - Décembre 2016

N° 132 - Novembre 2016

Inscription Newsletter

Par : Andrew Korybko
Publié le : 8/02/17

Un scandale international s’est produit au cours du mois écoulé, en raison de la volte-face du président sortant Yahya Jammah. Le Conseil de sécurité de l’ONU lui a même demandé de respecter le vote démocratique du peuple et de démissionner comme il l’avait promis. Juste hier, en fait, le bloc régional d’intégration économico-militaire de la CEDEAO a lancé une invasion pour le déposer. Cependant, tout doit être mis en contexte ici, parce que la situation n’est pas aussi claire qu’elle le semble.

Que se passe Adama Barrow 300x169

 

Oui, Jammah a perdu le vote, et oui, il l’a d’abord reconnu comme étant libre et équitable, mais juste après l’élection, le présumé président élu Adama Barrow et son équipe de campagne ont juré de faire une chasse aux sorcières politiques et d’emprisonner Jammah au cours de la prochaine année. Pire encore, ils ont même promis de renverser sa décision de se retirer de la Cour pénale internationale (CPI). Il s’agit essentiellement d’une purge de haut en bas de l’État profond de la Gambie, ou de ses bureaucraties militaires, de renseignement et diplomatiques permanentes, sous la justification présumée de mettre en place une « justice internationale » contre un ancien « régime dictatorial ».

 

La logique d’un retournement

Il est donc compréhensible que Jammah ait si brusquement renversé sa position antérieure et semble même avoir eu le soutien de l’armée et de la police. Le fait demeure qu’ils s’intéressent à leur survie et que la chasse aux sorcières de Barrow était un mouvement qu’il était politiquement prématuré de déclarer, alors qu’il n’avait pas encore pris le pouvoir effectif pour pouvoir l’exécuter. Il a probablement fait ceci pour satisfaire ses patrons étrangers, qui avaient mené une guerre d’information concertée contre Jammah en raison de ses politiques intérieures. L’indicateur le plus clair de connivence stratégique unipolaire contre Jammah et la Gambie vient d’un ancien ambassadeur américain au Sénégal et en Gambie et de l’ancien secrétaire d’État adjoint pour l’Afrique Herman J. Cohen, qui a écrit un article sur le site allafrica.com intitulé Gambie : Un message à la Gambie – Construisez un pont. Les anciens diplomates sont généralement beaucoup plus directs que ceux qui sont actuellement en service et ont donc tendance à dire franchement ce que les États-Unis veulent, au lieu de tourner « diplomatiquement » autour du pot.

Le jeu trouble de Herman J. Cohen

L’ancien ambassadeur Cohen a déclaré que « plusieurs pays africains ont souffert de régimes psychopathiques au cours des cinq dernières décennies, mais la dictature de Jammah a certainement été la pire ». L’une des étapes qu’il suggère au nouveau gouvernement de Barrow pour reconstruire le pays est, paradoxalement, de le démanteler par ce qu’il dit devoir être « le rétablissement d’une confédération entre les deux nations [c’est-à-dire avec le Sénégal] sur le plan militaire avec un parlement fédéral ». L’ancien diplomate est étonnamment peu diplomatique, en qualifiant la décision de la Gambie de se retirer de cet ancien arrangement d’« erreur stupide ». Ce que nous pouvons supposer de tout ce lobbying et de la crise politique post-électorale en cours en Gambie, c’est que les États-Unis veulent que Barrow purge Jammah et tous ses partisans institutionnels hors du pays sous la couverture de la CPI, pour que la souveraineté du pays soit cédée au Sénégal dans le cadre d’une soi-disant « confédération ».

Andrew Korybko 

Article original en anglais : What’s going on in Gambia?, Oriental Review, 20 janvier 2017

Traduit par Hervé, vérifié par Wayan, relu par nadine pour le Saker Francophone

Andrew Korybko est un commentateur politique américain qui travaille actuellement pour l’agence Sputnik. Il est en troisième cycle de l’Université MGIMO et auteur de la monographie Guerres hybrides: l’approche adaptative indirecte pour un changement de régime(2015). Ce texte sera inclus dans son prochain livre sur la théorie de la guerre hybride. Le livre est disponible en PDF gratuitement et à télécharger ici.

La source originale de cet article est Oriental Review

Copyright © Andrew Korybko, Oriental Review, 2017

Mots clés : Gambie, Sénégal, Andrew Korybko, Herman J. Cohen, Yahya Jammah, Adama Barrow

 

Photo : Adama Barrow, le nouveau président de la Gambie