N°11 - Octobre 2006

N° 136 - Mars 2017

N° 135 - Février 2017

N° 134 - Janvier 2017

N° 133 - Décembre 2016

Inscription Newsletter

Par : Ahmed Bensaada
Publié le : 3/11/14

Le virus concocté par le sénateur McCain dans son laboratoire d’« exportation » de la démocratie réussira-t-il à « infecter » le « Port aux Parfums » pour, ensuite, contaminer la Chine ? Rien n’est moins sûr. Cela dépendra certes de la virulence de la souche virale, mais aussi de la disponibilité d’un vaccin efficace

Le virus selon McCain
Le 3 février 2011, en pleine ébullition de la rue arabe, le sénateur américain John McCain fit une étonnante déclaration : « Ce virus se répand à travers le Moyen-Orient ». Il ne parlait pas du virus d’Ébola, ni d’une quelconque autre maladie hautement contagieuse, mais plutôt du fameux « printemps » arabe. Cette comparaison « épidémiologique » n’est, à vrai dire, aucunement fortuite de la part de ce spécialiste de l’« exportation » de la démocratie. Son rôle dans les révolutions colorées et le printemps arabe a été clairement établi. En effet, en plus de son poste au Sénat américain, McCain est le plus haut responsable de l’International Republican Institute (IRI) qui, avec le National Democratic Institute (NDI), est un des quatre organismes satellites de la National Endowment for Democracy (NED). La NED, via ses organismes (en particulier l’IRI et le NDI), forme, réseaute, supporte et finance les activistes pro-démocratie (et surtout pro-occidentaux) à travers le monde, dans des pays ciblés par l’administration américaine. Il en a été ainsi lors des révolutions colorées (Serbie, Géorgie, Ukraine et Kirghizstan), mais aussi lors de la révolution « verte » (Iran) ou du « printemps » arabe. La connexion entre la NED et le gouvernement américain a été mise en évidence, et ce depuis bien longtemps, par Allen Weinstein (un des fondateurs de cet organisme), qui a déclaré en 1991 que la NED faisait aujourd’hui ce que la CIA faisait secrètement il y a 25 ans.
Mais revenons à la notion de « virus » de la contestation « identifié » par McCain. Le sénateur, qui s’était contenté d’en circonscrire la zone « endémique » au Moyen-Orient, l’a rapidement élargi à d’autres pays de haute importance stratégique pour les États-Unis : la Russie et la Chine. En effet, il déclara en novembre 2011 : « Ce printemps arabe est un virus qui attaquera Moscou et Pékin ».
Quelques jours plus tard, McCain précisa son point de vue envers la Russie en s’en prenant directement à Vladimir Poutine. Il twitta : « Cher Vlad, le printemps arabe s'en vient dans un quartier près de chez vous ».
D’ailleurs, il faut se rendre à l’évidence que les événements qui ont secoué il y a quelques mois l’Ukraine — communément appelés Euromaïdan — s’insèrent dans ce continuum d’actions visant à discréditer Poutine, déstabiliser la Russie et limiter son champ d’influence géopolitique. Ce qui n’a pas pu se faire directement en Russie, pourrait se réaliser en utilisant l’Ukraine comme Cheval de Troie.
La seconde contrée visée par le « virus » printanier de McCain est la Chine. Et tout comme la Russie, ce pays possède lui aussi un Cheval de Troie : Hong Kong.

Le virus à Hong Kong
Les manifestations qui ont secoué cette région administrative chinoise sont une campagne de désobéissance civile très bien orchestrée, destinée à faire pression sur le gouvernement chinois pour la mise en place d’un réel suffrage universel pour les prochaines élections. Ces événements ont, à bien des égards, tous les attributs d’un mouvement de contestation du type « révolution colorée ».
Les principaux acteurs de ce mouvement de protestation initialement baptisé « Occupy Central with Love and Peace » (OCLP) sont essentiellement de jeunes étudiants hongkongais affiliés à la Fédération des étudiants de Hong Kong (HKFS) ainsi qu’un certain nombre de politiciens dissidents de la vieille garde hongkongaise.
Le modus operandi adopté lors des manifestations correspond fidèlement à celui déjà observé dans les pays touchés par les révolutions colorées (Serbie, Géorgie, Ukraine et Kirghizstan) et par le « printemps » arabe (en particulier la Tunisie et l’Égypte). Il est actuellement de notoriété publique que des activistes de ces différents pays ont été formés par le « Center for Applied Non Violent Action and Strategies » (CANVAS). Domicilié dans la capitale serbe, CANVAS est un centre de formation des activistes en herbe qui est dirigé par Srdja Popovic, lui-même ancien leader du mouvement Otpor qui a joué un rôle majeur dans la chute de Slobodan Milosevic en 2000. Ce centre est financé par l’IRI de McCain, mais aussi par d’autres des organismes américains d’exportation de la démocratie comme Freedom House ou l’Open Society Institute (OSI) du milliardaire George Soros, illustre spéculateur financier américain. CANVAS dispense des formations conformes à l’idéologie de résistance individuelle non-violente théorisée par le philosophe et politologue américain Gene Sharp. Le centre a publié un manuel intitulé « La lutte non-violente en 50 points » dans lequel sont énumérées des méthodes d’action non-violente telles que l’utilisation de slogans et de symboles, la fraternisation avec l’ennemi, les actes de prière et cérémonie religieuse, les veillées et les chants, etc.
Toutes ces techniques (et bien d’autres) ont été utilisées par les dissidents de différents pays formés par CANVAS. « La fraternisation avec l’ennemi » a été certainement la plus frappante. Par « ennemi », on entend les forces de l’ordre à qui sont confrontés les dissidents. Ainsi a-t-on vu à Kiev, Bichkek, Le Caire ou Tunis, des activistes distribuant des fleurs ou des victuailles aux policiers ou aux militaires tout en fraternisant avec eux. De la même manière, à Hong Kong, on a aperçu des étudiants tendre des fleurs ou des victuailles aux bureaucrates de la ville, dès le petit matin.
Plusieurs jours avant le début de leur mobilisation, les activistes de l’OCLP ont publié sur leur site un « manuel de la désobéissance », où ils expliquent, entre autres, la philosophie de la désobéissance civile et les règles de la protestation non-violente et émettent des recommandations en matière de nourriture et d’habillement ainsi que de judicieux conseils en cas d’arrestation. Cette liste d’instructions du « parfait manifestant » est assez complète mais loin d’être originale. On se souvient que les activistes égyptiens du « Mouvement du 6 avril » (qui ont été des acteurs majeurs dans la chute de Moubarak) en avaient publié une similaire sur leur site. Elle était intitulée « Que vas-tu faire si tu es arrêté ? ». Est-il nécessaire de rappeler que de nombreux militants du Mouvement du 6 avril ont été formés par CANVAS ?
Chose rare dans un tel contexte : Srdja Popovic en personne a encensé le mouvement OCLP dans un article publié sur Slate, qualifiant ses membres de « manifestants les plus polis du monde ». « Avec son adhésion fidèle à la non-violence « Occupy central » a montré de la préparation, de la formation et de la discipline, une combinaison qui est très rare chez beaucoup de mouvements », affirme-t-il.
Serait-il possible que Popovic soit impliqué dans cette formation ? Cela semble très plausible à en croire son soutien inconditionnel à l’OCLP et la très large couverture des activités de ce mouvement sur sa page Facebook ou sur celle de CANVAS. Cela paraît encore plus évident si on en juge par la méticuleuse organisation des manifestations et leur mode opératoire. Même le changement du nom du mouvement de OCLP à une dénomination plus « canvassienne » comme « révolution des parapluies » n’est pas fortuit.

Le financement du virus
Lorsqu’un groupe contestataire pro-démocratie prônant de surcroît la non-violence est en confrontation directe avec un gouvernement autoritaire, il y a inévitablement apparition d’un organisme « droitdelhomiste » dans le décor. À Hong Kong, ce rôle incombe au « Hong Kong Human Rights Monitor » (HKHRM). Dirigé par Yuk-kai Law, le HKHRM est régulièrement subventionné par la NED. En effet, les rapports annuels de la NED montrent, qu’entre 2007 et 2013, cet organisme de défense des droits de l’Homme a reçu environ un million de dollars en financement direct.
En plus de son étroite relation avec la NED, le directeur du HKHRM est en contact avec Freedom House comme en témoigne son séjour aux États-Unis, tous frais payés par cet organisme.
Les rapports de la NED dont il a été question précédemment mentionnent également des montants octroyés au NDI en 2009 et 2012 « pour favoriser la sensibilisation à l'égard des institutions politiques de Hong Kong et le processus de réforme constitutionnelle et de développer la capacité des citoyens - en particulier les étudiants universitaires - de participer plus efficacement dans le débat public sur les réformes politiques […] ». Les montants cumulatifs pour ces deux années dépassent les 700 000 $.
Benny Tai est cofondateur du mouvement OCLP et un de ses leaders. Professeur agrégé de Droit à l’université de Hong Kong, il est aussi membre du Conseil de gestion du « Centre for Comparative and Public Law » (CCPL) de la même université. Selon son rapport d’activités 2011-2013, le CCPL est un centre qui a pour but de « faire progresser les connaissances sur le droit public et les questions des droits de l'homme ». La relation entre ce centre et le NDI est mentionnée dans le même rapport : « Le CCPL a reçu un financement de la National Democratic Institute (NDI) pour concevoir et mettre en œuvre un portail en ligne sur les modèles du suffrage universel où le grand public peut discuter et fournir des commentaires et des idées sur la méthode du suffrage universel qui est la plus appropriée pour Hong Kong ».
Présenté comme un « surdoué de la révolution », Joshua Wong, un étudiant de 17 ans, est sans conteste la figure la plus médiatisée du mouvement OLCP. Son activisme précoce a fait les choux gras des médias « mainstream » qui rapportent son combat « épique » contre l’implantation dans les écoles de Hong Kong d’un nouveau programme scolaire visant à développer le sentiment patriotique chinois. Pour s’opposer à ce projet, il cofonde un mouvement étudiant nommé « Scholarism » et mobilise des milliers de manifestants. Le projet est finalement retiré en 2012 : il n’avait que 15 ans.
Mais ce portrait a été récemment écorché dans un article publié par Wen Wei Po, un journal hongkongais qualifié (pour certainement le discréditer) de pro-chinois par les médias occidentaux. On pouvait y lire que « des forces étasuniennes ont identifié M. Wong trois ans auparavant et ont travaillé avec lui pour le transformer en superstar politique ». Selon l’article, Joshua Wong aurait eu d’étroites relations avec le personnel du consulat américain à Hong Kong et reçu d’importants montants d’argent.
Il faut dire que tout ce que rapporte ce journal n’est pas du tout nouveau. Les ambassades américaines dans les différents pays touchés par les révolutions colorées ou par le « printemps » arabe ont toujours procédé de la sorte. D’abord ils identifient les activistes avec un leadership potentiel ; ensuite ils établissent d’étroites relations avec eux et les financent : voyages tous frais payés, formations aux États-Unis ou à l’étranger, participations à des conférences ou symposiums, rencontres avec des personnalités américaines de haut rang, etc. C’est le cas de nombreux activistes comme, par exemple, le Serbe Srdja Popovic, la Yéménite (et Prix Nobel de la paix) Tawakkol Karman, les Égyptiens Adel Mohamed ou Bassem Samir, les Tunisiens Slim Amamou ou Emna Ben Jemaa.
Les activités de Yuk-kai Law, Benny Tai et Joshua Wong, trois figures emblématiques de la dissidence Hongkongaise, illustrent de manière pédagogique l’ingérence des organisations américaines d’« exportation » de la démocratie. Les deux premiers représentent la vieille garde alors que le troisième est issu des mouvements de la jeunesse.
Comme on pouvait s’y attendre, les États-Unis ont apporté leur soutien aux manifestants : « Les États-Unis soutiennent le suffrage universel à Hong Kong en conformité avec la Loi fondamentale, et nous appuyons les aspirations du peuple de Hong Kong ».
Le virus concocté par le sénateur McCain dans son laboratoire d’« exportation » de la démocratie réussira-t-il à « infecter » le « Port aux Parfums » pour, ensuite, contaminer la Chine ?
Rien n’est moins sûr. Cela dépendra certes de la virulence de la souche virale, mais aussi de la disponibilité d’un vaccin efficace.

Source : http://www.ahmedbensaada.com/