N°11 - Octobre 2006

N° 135 - Février 2017

N° 134 - Janvier 2017

N° 133 - Décembre 2016

N° 132 - Novembre 2016

Inscription Newsletter

Par : Sputnik
Publié le : 27/12/16

«La dissonance», c’est le juste mot pour expliquer ce que peut éprouver un internaute en cherchant en ligne des actualités sur Alep. D’un côté, les médias mainstream déplorent la «chute» et le triste sort des «rebelles modérés» en danger. De l’autre, ce sont des clichés des habitants d’Alep en liesse célébrant la libération du joug islamiste.

armeünien dalep

 

Vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=b3JGpHnodhk

«Des terroristes crucifiaient les gens». Libérés, les habitants d’Alep témoignent Alep « tombée » ou « libérée » ? Première option si on écoute les médias mainstream et si on s'appuie sur les témoignages de ceux à qui ces derniers donnent la parole, de ceux qui disent devant la caméra qu'ils « voulaient juste être libres » et oubliant d'expliquer quel est la relation entre la notion de liberté et la vie selon les règles imposées par les djihadistes. Seconde option si on voit la liesse des habitants, musulmans ou chrétiens, qui célèbrent la victoire des forces armées gouvernementales dans les rues de la ville.

« Alep n'est pas tombée, Alep est libérée. C'est une ville libre maintenant, libérée des djihadistes bien sûr », confirme en plein milieu des ruines Vahan Vaghian, un Arménien syrien de 23 ans. Tournée par SOS Chrétiens d'Orient, sa vidéo a été mise en ligne par Valeurs Actuelles.

À la question de savoir comment il était possible de parler de victoire alors que la ville est à ce point en ruines ce jeune étudiant répond : « Oui, mais à quoi vous attendiez-vous ? C'est la guerre, bien sûr qu'il y a des destructions. C'est l'une des pires guerres de l'histoire. Nous sommes tristes que la ville soit détruite, mais tout sera reconstruit à nouveau ». Certes, ce sont les zones qui étaient occupées par les djihadistes qui sont détruites, argumente Vahan, avant de souligner que l'armée syrienne avait tout fait pour récupérer Alep-Est. « Nous ne pouvons pas leur reprocher, parce que ces djihadistes voulaient détruire nos vies et ces djihadistes nous bombardaient aussi. Il était normal que l'armée réponde », explique le jeune. Avant de dire quoi que ce soit, venez ici et voyez, lance-t-il en s'adressant aux Français. « Vous voyez dans les médias occidentaux qu'il y a des destructions, mais avant de croire tout ce qu'ils disent venez au moins deux fois. Lorsque vous entendez une chose, puis une autre, ne pensez-vous pas que ce puisse être faux ? Pourquoi ils ne montrent pas ce qui se passe au Yémen ? », poursuit Vahan. Selon lui, les exemples de ces désinformations sont nombreux, notamment en Libye et en Irak. Mais ce qui se passe dans ces pays échappe étrangement à l'attention des médias mainstream. « Ils ne vous disent pas ce qui arrive après (l'ingérence occidentale, ndlr) ».

Célébration de Noël et de la libération à Alep

https://www.youtube.com/watch?v=rYiJF5OCgFQ

Vahan souligne que ce qui se passe actuellement à Alep est dû au fait que l'Occident continue à qualifier les djihadistes de « rebelles ». « Vous les appelez "rebelles" ou "rebelles modérées". Regardez ce qui arrive lorsque vous les appelez ainsi », a-t-il conclu.

Sputnik

https://fr.sputniknews.com/international/201612241029332427-alep-temoignage-liberation/