N°11 - Octobre 2006

N°106 - Septembre 2014

N° 104 - Juillet-août 2014

N° 103 - Juin 2014

N° 102 - Mai 2014

Inscription Newsletter

Par : Laurence D'Hondt
Publié le : 11/01/13

Malgré leurs différences nationales, les personnalités auxquelles nous avons laissé la parole font un même constat : toutes déplorent le délitement d’une société multiculturelle dans laquelle ils auraient eu leur place.

 

Qu’ils viennent du Liban, de Syrie, de Palestine ou d’Égypte, les rangs des chrétiens qui partent d’Orient pour ne plus revenir grossissent. Pour comprendre ce qu’ils vivent et comment ils envisagent leur avenir dans le grand bouleversement que connaît actuellement le Proche-Orient, nous avons laissé la parole à quelques personnalités chrétiennes issues de ces pays : Joseph Yammouni, chrétien libanais et éditeur à Genève (Suisse) ; Sami Aldeeb, chrétien palestinien de nationalité suisse et professeur de droit musulman en Suisse, Italie et France ; le père Henri Boulad, directeur du centre culturel jésuite d’Alexandrie (Égypte) ; François Sweydan, chrétien d’Égypte et chercheur à l’université de Lyon (France) et, Elias el-Khoury, chrétien syrien et défenseur des droits de l’homme.

 

 

 

Même si les chiffres sont difficiles à évaluer, il semble que le mouvement d’exil des chrétiens d’Orient s’accélère en Syrie, Égypte et Palestine. Peut-on parler d’un départ collectif et sans retour ?

 

Joseph Yammouni Au Liban, il y a cinquante ans, les chrétiens représentaient 60 % de la population. Aujourd’hui, on parle de 25 % à 30 %. Le taux de natalité qui est plus élevé chez les musulmans joue un grand rôle dans ce renversement des chiffres, mais l’insécurité est aussi responsable de leur départ, donc de la baisse de ce pourcentage. Pourtant on peut dire que, au Liban, les maronites s’accrochent. C’est certainement le pays du Moyen-Orient où la communauté chrétienne reste la mieux implantée.

 

Je crois cependant que les maronites sont assez lucides pour comprendre que le tapis a déjà été retiré sous leurs pieds, même si stratégiquement, le pays a toujours besoin d’eux pour faire tampon entre les sunnites et les chiites

 

 

 

François Sweydan En Égypte, il n’y a pas de chiffres officiels, mais chaque chrétien fait l’expérience du départ de proches, souvent vers le Canada. Je veux ajouter que les coptes d’Égypte s’infligent une autocensure depuis tant de décennies qu’ils sont à présent menacés de disparition culturelle. En tenant des discours schizophrènes dans lesquels ils minimisent leur différence, voire nient leur existence, les coptes se sont eux-mêmes affaiblis.

 

Sami Aldeeb Il est clair qu’en Palestine, les chrétiens sont devenus tout à fait minoritaires (3 %). À Jérusalem, ils sont à peine 1,5 %. Ils sont soumis à une pression territoriale importante dans laquelle on les pousse à vendre leurs biens et leur terre. Par ailleurs, on constate que le rôle historique de certains des leaders chrétiens du mouvement de libération de la Palestine est à présent gommé de l’histoire officielle, comme celui de Georges Habache ou Hanan Ashrawi.

 

Aujourd’hui, la Constitution palestinienne assure sans détour que l’islam est religion d’État. Dans les manuels scolaires des petits Palestiniens, il n’est plus question de chrétienté ni d’Évangiles. Cela me rappelle une question que mon père me posait : « Crois-tu que nos frères d’Occident vont nous oublier ? » Aujourd’hui, je dis, quitte à provoquer : « Oui, ils nous ont vendus comme Judas a vendu le Christ. » Mais attention, je ne revendique pas une solidarité chrétienne. Je veux que nous soyons reconnus comme citoyens à part entière dans une société laïque.

 

Elias el-Khoury Je n’ai pas de chiffres précis depuis les événements en Syrie, mais je sais que les chrétiens sont devenus l’objet de massacres ciblés et perpétrés par des groupes salafistes. Ce que je peux également dire avec certitude, c’est que dans la ville à majorité chrétienne de Saidnayya, dont je suis originaire et où je retourne chaque année, 3 000 chrétiens irakiens sont venus s’établir. Ces chrétiens irakiens ont vécu ce que nous sommes peut-être en train de commencer à vivre.

 

 

 

En quoi les « révolutions » arabes affectent-elles aujourd’hui le destin des chrétiens ?

 

Père Boulad Les chrétiens ont participé au mouvement de la place Tahrir, en tant que citoyens demandant plus de liberté et de dignité. Mais les chrétiens n’ont jamais joué la carte chrétienne en tant que telle, car ils sont trop minoritaires pour cela. Aujourd’hui, ils se sont retirés, car tous les leviers du pouvoir sont en train de passer aux mains des islamistes. Cela n’est pas une surprise : cela fait huit ans que l’Occident est entré en pourparlers avec les Frères musulmans, en sachant qu’ils représentaient la première force incontournable du pays. Les chrétiens et tous les libéraux sont sacrifiés au nom d’intérêts économiques et politiques qui sont les seuls qui comptent. Mais tout cela n’est que la conséquence du développement de l’Occident lui-même : l’Occident sous-estime complètement le facteur religieux. L’Occident le considère comme une sorte de « superstructure », il le néglige, comme il est négligé en Europe elle-même. Or, en Orient, ce facteur est fondamental. Et c’est l’islam qui en sort gagnant et se trouve en situation hégémonique.

 

Sami Aldeeb Les « révolutions » arabes n’ont fait que révéler l’inculture des uns et des autres. Elles accélèrent la désagrégation des sociétés. Je dis l’inculture des jeunes libéraux qui ont tenté de faire valoir leurs droits, mais n’avaient pas la formation nécessaire pour construire un projet de société. Je dis aussi l’inculture de l’Occident dont les élites se plaisent à méconnaître l’islam. Ces élites n’ont pas de connaissance du Coran ni du droit musulman. On n’enseigne pas les fondements du droit musulman, on n’ouvre pas le Coran. Ces élites occidentales sont dangereuses, à force d’ignorance, délibérée ou non. Je dis enfin inculture des Frères musulmans qui ignorent eux aussi les mécanismes d’une société moderne. Je pense que les « révolutions » arabes sont en train de tirer un trait sur le projet d’une société multiculturelle et multireligieuse.

 

Elias el-Khoury Les chrétiens syriens sont au cœur de la tourmente, mais leur position dans l’ensemble est claire : ils militent pour le respect des droits de l’homme et du citoyen dans le cadre du respect de la souveraineté de l’État syrien. J’étais à Homs en 2011 avec l’ensemble des quatre Églises syriennes (catholiques melkites, orthodoxes, maronites et assyriens) qui demandent la même chose : des réformes allant dans le sens du respect des droits de l’homme et du respect de la liberté, mais dans le cadre du respect de la souveraineté de l’État syrien. Je tiens à préciser que je suis un militant des droits de l’homme et ai longtemps été banni du territoire syrien par le régime d’Assad. On ne peut donc me suspecter de soutien aveugle au régime en place.

 

 

 

Pensez-vous que le renversement des régimes arabes éloigne l’avènement d’une société multiculturelle et multireligieuse au Proche-Orient ?

 

Joseph Yammouni : Je croyais en l’avènement d’une société multiculturelle jusqu’à ce que j’aie atteint mes 25 ans. Cela fait donc quarante-deux ans que je n’y crois plus ! Je m’explique : plus je lis et approfondis les textes fondateurs de l’islam, soit le Coran, les hadiths et la sunna, plus je vois que les extrémistes sont proches de certains textes. De cela, ils tirent une autorité fondamentale. De leurs côtés, les modérés et libéraux laissent faire. Constatons par exemple qu’à l’exception de la Tunisie, il n’y a jamais eu, même en Occident, de grandes manifestations de modérés dénonçant les radicaux. Même les intellectuels musulmans qui vivent en Occident et sont proches des chrétiens ne semblent pas comprendre la souffrance des non-musulmans au Moyen-Orient. Par exemple, à la souffrance des chrétiens d’Irak, ils répondent toujours d’abord : c’est la faute des Américains.

 

Les seuls intellectuels qui semblent manifester une certaine empathie envers les non-musulmans et désirent changer les mentalités sont soit à l’étranger parce qu’ils craignent pour leur vie, soit ils la risquent au quotidien, tel le sociologue Sayed al-Qomni en Égypte. Cela fait peu de monde pour un si grand projet…

 

Père Boulad Je ne suis pas optimiste pour ce projet. Je pense que les chrétiens vont poursuivre un exil qui risque d’être définitif. C’est d’abord les enfants qui partent pour se construire un avenir. Ensuite les parents les rejoignent. Ces gens-là ne reviendront pas. Mais si je suis pessimiste, j’ai encore de l’espérance. J’ai le sentiment qu’avec ces révolutions, nous ne sommes entrés que dans le premier acte d’une pièce qui va être longue et certainement pleine de souffrances. Je vois dans le deuxième acte une confrontation entre musulmans chiites et sunnites à grande échelle. Mais je ne suis pas prophète. Ce que j’espère, c’est que le dernier acte se terminera par l’avènement d’une société plurireligieuse, multiculturelle et pacifique.

 

Sami Aldeeb Je suis pessimiste dans la pensée, mais positif dans l’action. Il y a une légende palestinienne que j’aime bien. On raconte que l’hyène ensorcelle sa proie. Elle lui fait à ce point perdre la tête que la victime finit par croire que l’hyène est devenue son père. L’hyène amène alors sa victime dans une caverne et la mange. Sauf si, en entrant dans la caverne, l’hyène heurte la tête de la victime contre une paroi, laquelle reprend alors subitement ses esprits et s’enfuit. C’est cela que j’espère : que chacun heurte son cerveau et reprenne ses esprits.

 

Elias el-Khoury Non, malheureusement, cette société multiculturelle s’éloigne, et cela avec le soutien de l’Occident lui-même. L’Occident appuie les mouvements les plus radicaux, entraînant consciemment la région vers un éclatement en micro-États kurdes, alaouites, chiites, etc. Regardez l’Irak : c’est un pays ravagé aujourd’hui, qui n’aura plus d’existence sur la scène régionale pendant des décennies. Les Occidentaux arment aujourd’hui les groupes qui entrent en Syrie et ils n’ignorent pas le projet de ces combattants. De même ne peuvent-ils ignorer que les chrétiens, dans ce jeu, sont perdants parce qu’ils réclament un respect de la citoyenneté de chacun, au-delà de sa confession ou de son appartenance ethnique. Une chose me fait espérer cependant : il est possible que le cas de la Syrie montre qu’à l’ordre qu’essaie d’imposer l’Occident, s’oppose à nouveau un bloc constitué de la Russie, de la Chine et d’un certain nombre d’États non alignés qui ne veulent plus accompagner l’Occident dans son projet.